Day 140, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148

 

Départ de Glenorchy, après m'être fait violer pour faire les courses, genre tout ce que j'ai acheté était plaqué or! La route est longue et peu fréquentée pour atteindre le routeburn track, l'une des 9 Great walks de Nouvelle-Zélande, jonction entre le mount aspiring national park et le Fjordland. Great walk signifie que l'État entretien cette rando, que ça va être comme marcher sur un tapis, mais que qu'il va y avoir énormément de touriste, et qu'il faut réserver et payer pour les huts et campsite, ou bien se cacher à 500m du chemin pour éviter les 200$ d'amende!

On arrive tard avec Dan et Mary, on va donc free camper à l'entrée du park. Je démarre tôt le lendemain sous un ciel chargé de nuage. La rando est très agréable mais je me dis que c'est dommage car je vais arriver au sommet et ne rien voir! Et bien pas du tout! C'est pile au moment où j'arrive au sommet que les nuages s'envont  pour un effet super dramatique juste parfait! C'est quand j'arrive au Harris lake que les nuages se dissipent laissant les pics rocheux derrière le lac apparaître, comme une terre inconnue digne de skull island, puis ensuite en background les sommets enneigés! Pas mal du tout!!! Je déjeune ici dans ce décor extraordinaire avant de reprendre mon chemin en flan de montagne entouré des chaînes montagneuses blanches pour arriver en milieu d'aprèm à l'énorme Mackenzie lake puis je remonte un dernier sommet avant de free camper encore une fois 1h avant la fin. Comme ça le lendemain j'ai tout mon temps pour profiter de la Earland falls (174m) et de faire un side trip jusqu'au Key summit pour une vue panoramique des montagnes du Fjordland et des lacs alpins. Et c'est un peu avant midi que je dis au revoir à Dan et Mary qui vont aller passer qq jours sur Stewart island, pour continuer mon chemin en direction du greenstone track et un premier arrêt à la hut sur les bords du lac McKellar. Le Greenstone track se fait dans la vallée, c'est donc facile et très sympa. Ça fait un changement plutôt agréable de ne pas avoir à monter ou descendre toute la journée, pour atteindre la greenstone hut. Même chose le lendemain pour faire la jonction entre la greenstone track et la caples track et m'arrêter à la mid caples hut. Le dernier jour sur le caples track je vais monter jusqu'à la McKellar pass avec vue sur les montagnes et le lac afin de terminer cette boucle. Le lendemain je retourne sur la fin du routeburn pour sortir du parc national et arriver à la ville de Te Anau. Décor standard, petite ville au bord du lac avec les montagnes en arrière plan, coucher de soleil sur ciel rose etc etc… ;-)

Pas de temps à perdre, après en avoir perdu suffisamment avec ces incompétents de l'office du tourisme au sujet de la météo du jour et si c'était ok pour aller au sommet du Kepler track (une autre des 9 Great walks) ; je décide d'y aller, et l'arrivée étant mon point de départ je le fais sans mon sac à dos. Et ça, ça fait une énoooorrrrme différence! Je suis une machine, je double tout le monde (c'est juste des touristes lambda les pauvres ne savent pas ce qui arrive et n'ont même pas le temps de me voir passer) et je pète tout les temps indiqués. Le point négatif, c'est qu'au sommet le temps est dégueulasse et que toutes les belles vues promises ne sont malheureusement pas au rendez-vous même si l'endroit reste impressionnant (par beau temps ça doit juste être extra!). Je vais un petit détour pour faire un peu de spéléo puis prend le chemin du retour pour sortir du vent, du froid et de la pluie et terminer mes 40km de la journée avec les pieds douloureux.

Aujourd'hui, c'est le grand jour, je retrouve Dan et Mary et l'on entame ensemble la dernière marche de notre périple. En fin d'aprèm on va atteindre Bluff et Stirling point, 3000km après notre départ 5 mois auparavant, de Cape Reinga. L'ambiance est sympa, on arrête pas de parler et de rire, tout est bon pour s'occuper l'esprit et ne pas penser que c'est bientôt terminé. Puis le moment arrive, on est devant la barrière, avec le signe et l'océan derrière, on ne peut pas avancer plus loin….C'est fini...et là c'est le silence. Un long silence, où dans la tête passe les images des 5 derniers mois, les bons moments, les moments difficiles, les gens qu'on a croisé, qu'on a aimé, qu'on a détesté, les douleurs, pourquoi on a fait ça, ce qu'on a appris, ce qu'on a oublié….un autre tramper arrive, il ne brise pas le silence… puis on se regarde, on se prend dans les bras et on prend les traditionnelles photos d'arrivée. C'est presque irréel. On achève ce pour quoi on se levait tous les matins ces 5 derniers mois (148 jours putain! 148 jours à marcher à travers l'un des plus beau pays au monde avec un des peuple les plus gentil! 148 jours à vivre uniquement avec ce que je porte sur mon dos).

 

On l'a fait, je l'ai fais…


Je vais terminer en citant la dernière phrase des trail notes : “ So here you are - Where to next?”