Day 8

 

Après 100 km de plage nous voilà repartis pour 100 km de montagne et de bush depuis la côte ouest jusqu'à la côte est. Le départ est à 9 km d Ahipara et je trouve un lift depuis le campsite jusqu'au départ pour 5 dollars et j invite Dan et Mary à se joindre à nous. C'est parti pour Herekino forest et ses 15 km de montée et descente. Ca pique un peu les cuisses mais ça va, je suis plutôt en jambe et les douleurs sont toujours présentes mais supportables. La fin est un peu casse gueule entre une forte pente de la boue et des racines mais on y arrive et on trouve un pti coin sympa entre les arbres pour planter la tente. On est alors rejoint par Nate (from the US).

 

Day 9

 

Au petit matin nous croisons le couple d allemand qui ont eu qq problèmes pendant la nuit avec de jeunes maori alcoolisés. Un piquet de tente cassé et un rappel que l'on est pas toujours les bienvenus pour tous le monde, spécialement pour la jeunesse maori sous alcool.

On décolle par une belle journée, il a plu cette nuit et jusqu’ici nous sommes chanceux les pluies ont lieu la nuit. Le début de la marche se fait sur route pendant 12 km..rien de passionnant et on lunch près d'une petit cours d'eau où nous sommes rejoint par le “propriétaire” des lieux, un vieux hippie tout dreadeux mais super sympa. Après manger on repart tranquillou pour démarrer la montagne et Raetea forest. Et c'est la que le cauchemar commence. Alors je ne sais pas trop par où commencer, j’écris ces lignes qq jours après afin de ne pas être trop négatif ou insultant mais pour faire simple c'était la pire rando de ma vie. Il s'agit d'une montée dans le bush, et ici le bush c'est pas la savane avec 3 buissons, non c'est la forêt sub-tropicale, donc la jungle. Donc t avances dans la jungle sur un sentier quasi inexistant et dans des piscine de boue. C'est tellement difficile que la vitesse moyenne est inférieure à 1km/h, j ai jamais vu ca. Du coup ce qui devait être une rando à la journée se transforme en un parcours du combattant de 2 jours. On puise dans nos réserves pour au moins atteindre le sommet avant la nuit soit seulement 6km après le départ. Et on passe donc la nuit dans les racines et l’humidité.

 

Day 10

 

On repart au petit matin sans prendre de thé car du coup on est short en eau et la merde  continue de plus belle. De la descente dans les racines, les arbres tombés, la caillasse glissante, la végétation si dense que tu ne sais pas où est le chemin et bien sûr la boue, des piscine de boue...c'est pas compliqué si on avait lâché 100 cochons sauvages dans la forêt et qu’on avait suivi leur route et bah on avait notre chemin. C'est le sac bloqué dans les arbres et les lianes, les bâtons coincés dans les racines, les pieds qui butent dans les mêmes racines ou glissent dessus et bien sur la boue...la boue jusqu'aux genoux que j'ai cru y laisser mes chaussures. C'est peut-être une trentaine de glissade et une dizaine de chute. A ce jour je ne sais toujours pas comment j'en suis sorti indemne et je remercie dame nature d'avoir sauvé mes genoux car je pensais vraiment à chaque appui qui glissait que c était le dernier. J arrive tant bien que mal au bout en maudissant l'être décérébré qui a cru pouvoir appeler cette merde un chemin de rando. Je me remets bcp en question car après 10 jours je n ai pris du plaisir que sur le 1er jour et je suis toujours à la recherche du fun…

Bref on fini à Mangamuka et sa supérette qui fait aussi takeaway pour un burger et qq courses qd la proprio du magasin nous propose de dormir dans son jardin….au risque de me répété mais les kiwis sont géniaux. J ai omis de dire que la toute fin de la rando c'était fait à travers les collines et que c'était magnifique mais ça ne rattrape en rien les 0,5 point de vue pdt la montagne et la mise en danger de ma personne que ça a coûté.

La chose rassurante est que tous les réseaux et que tous les trampers (c'est le nom qui nous est donné) sont unanime si tu survis à la plage et la forêt alors le reste sera facile.

 

Day 11

 

Cette nuit, c'est 2-3h de pluie donc je m’interroge sur la journée qui nous attend sachant que c'est la plus longue et la plus difficile à travers la dernière forêt. Une lecture des trail notes pendant le pti dej fini de me convaincre. Ces dernières sont catégoriques, si ce n'est pas par temps sec, il faut prendre une voie alternative car c'est la boue mais surtout 5 km dans la rivière sujette aux crues. Je fais part de ma décision à Matt et Nate et ils sont d'accords. On commence donc par 22km sur la nationale, ça va vite me saouler donc autostop. On a de la chance et on monte tous les 3 à l'arrière d'un pick-up avec les sacs dans la remorque, génial! Ca c'est du stop!! On descend et marche environ 12km avant de rejoindre le trail, puis environ 8-10 km dessus. Des gens ont laissé des fruits et des gâteaux à l’entrée des pistes pour les trampers...je vous ai dits que les kiwis étaient géniaux? On pose la tente devant un champ car on est désormais dans le farmland. On dépasse les 200km aujourd'hui.

 

Day 12

 

Une petite journée nous attends pour rejoindre Kerikeri, environ 12km. Le chemin nous amène à travers les collines qui servent de pâturage, et très vite au sommet de l’une d'elle j'aperçois Bay of Islands éclairé par le levé de soleil...la mer à des reflets d'argent comme dans la chanson, c'est magnifique et ça augure une bonne journée. Et ça va l’être car après les collines, le chemin nous fait traverser une petite forêt bien champêtre pour arriver jusqu'à une rivière, que l'on ne va plus quitter jusqu'à Kerikeri. Les 3 derniers km nous font traverser une dernière forêt menant aux Rainbow falls, cascade de 27m au sein de la végétation. Aujourd'hui est de loin ma meilleure journée, c'était pas trop difficile, c'était beau, le paysage changeait toutes les heures, c'est exactement ce que je voulais de ce trail, de la sueur, du fun et m'en mettre plein les yeux! Arrivé en ville encore 2 km de montée avant de rejoindre notre campsite, où on se fait plaisir avec qq bières et de la nourriture mexicaine pour fêter ça. Et comme si la journée ne pouvait être que meilleure, Dan et Mary arrivent eux aussi. Ils décident de prendre une journée off après la dernière forêt qui a laissé des traces. Nous, nous repartons le lendemain et décidons de prendre le day off à la prochaine étape afin de les attendre pour prendre les kayaks ensemble.

 

Day 13, Day 14

 

Journée de 23 km, qui commence par un petit tour du côté de la Stone store de Kerikeri, la plus vieille maison en pierre de NZ et d'un site archéologique d'un ancien village maori. Puis nous traversons la forêt sans réelle difficulté, juste qq bonnes montées (mais comme partout en NZ, ce pays est juste une succession de collines ;-) et une demande d’attention quant à l’orientation. Sorti de la forêt, vue imprenable sur Bay of Islands et les villes de Waitangi et Paihia (la ville de départ du stop 2 semaines auparavant). Encore une fois ça en jette grave. Les derniers km sont superbes en descendant vers la baie et on campe au bords de l'eau. La nuit va être d'une toute autre ambiance...car cette nuit c'est tempête!!! Et pas la petite tempête naaannnn celle qui te maintient éveillé toute la nuit avec environ ½ cm d'eau dans la tente l'armature qui se couche sous les bourrasques de vent les éclairs qui te crament la rétine et le tonnerre qui te fait frissonner. Matt quitte le navire et va dans la tv lounge du campsite et je reste seul capitaine à bord de ce navire en perdition. C'est sans doute dû à la fatigue mais je m'y crois vraiment… bilan des courses : des affaires mouillées, une armature cassée et un trou dans la tente. Le tout sera réparé rapidement ce matin en espérant que celà tienne. Voila donc aujourd'hui c'est day off et vu le temps c'est plutôt une bonne chose. Je capte un peu de wifi et devrai donc être en mesure de poster mon journal et qq photos avec.

 

Voilà, j'ai commencé à écrire le journal seulement ces 3 derniers jours, donc il y a sûrement quelques passages flous ou mal organisés, certains auraient certainement été plus colorés si je l'ai avais écris le jour même mais à partir de maintenant je vais essayer de l'écrire plus régulièrement comme un vrai journal si j'en ai l'occasion et ensuite de le poster sur le blog.

J'espère que ça vous ira, prochaine étape traverser la bay en kayak.

Bisous poilus barbus.

 

Ps : ça vient de me prendre la journée entière pour réussir à publier les 2 derniers articles tellement le wifi est pourri donc je ne suis vraiment pas sur de pouvoir ajouter les photos aujourd'hui donc …. Patience...sorry